Livraison GRATUITE à partir de 69$

Sexomnie: Quand le sommeil tourne au cauchemar

Je vais te faire une confidence... Lors de la soirée Atroce Nuit de Noces pour les 5 ans de l'entreprise, AlexXx avait bu un peu et il nous est arrivé un épisode de sexomnie. Ce fût cocasse, c'était la première fois. Je suis allé me coucher pas mal plus tard que lui, heureuse, mais crevée. Quand je me suis couchée, il s'est retourné et a commencé à me tapponner, sans m'embrasser, en allant droit au but. Moi qui avait dit oui un peu pour lui faire plaisir (car malgré le désir, j'étais surtout fatiguée), avoir su que lui aussi dormait, j'aurais attendu au lendemain! Car oui, il s'est réveillé à la fin de l'acte et ne comprenait plus rien...

On l'a bien ri, je lui ai répondu: ''Une chance que c'était MOI!'', mais on avait aucune idée que ce phénomène avait un nom et pouvait être un véritable cauchemar. Nous avons donc décidé de s'informer sur le sujet et de vous faire part de nos découvertes.

 

Qu'est-ce que la sexomnie?

 

La sexomnie est semblable au somnambulisme, mais implique des actes sexuels. Tout comme dans cet état, une partie du cerveau est éveillée pendant que l'autre, elle, dort. Les gens atteint de ce trouble du sommeil (11% des hommes contre 4% des femmes) ne sont AUCUNEMENT conscient de leurs gestes.

La sexomnie représente seulement 8% des troubles du sommeil. Ce trouble peut survenir une seule fois dans une vie, par périodes ou être espacées dans le temps. Il peut survenir dans n'importe quelle phase du sommeil.

 

Les causes

 

Bien que certains facteurs augmentent les probabilités de manifestation de ces comportements, les causes exactes ne sont pas connues. Il n'existe aucun lien connu entre les rêves érotiques et la sexomnie. Les chercheurs s'accordent toutefois pour dire que les personnes atteintes de ce trouble sont plus sexualisées que la moyenne. Toutefois, elles ont généralement une vie sexuelle épanouie

 

Les facteurs de risque

 

Parmi les facteurs de risque ou aggravants, on retrouve principalement:

  • une forte carence de sommeil ;
  • une trop forte consommation d'alcool et/ou de drogues ;
  • un état de stress important ;
  • l'apnée du sommeil ;
  • un récent traumatisme émotionnel.

 

Comment se manifeste la sexomnie?

 

La sexomnie se manifeste par des actes sexuels (masturbation, attouchements ou rapports sexuels) généralement plus violents et détachés que l'habitude de la personne. Il n'y a, la plupart du temps, pas d'émotions et un côté plus impulsif dans les comportements. Il est rare que ces comportements se rendent à une pénétration complète. Les femmes atteintes de ce trouble ont tendance à se masturber et à gémir dans leur sommeil, alors que les hommes tentent d'engager un rapport sexuel. (Encore une fois, on parle de généralité, mais il peut y avoir des exceptions). Dans les deux cas, la personne ne se souvient de rien au réveil.

 

Quoi faire si vous êtes atteint de ce trouble du sommeil?

 

Si vous êtes célibataire, il y a de fortes chances que vous n'ayez aucune idée de votre condition. En effet, la personne ne conserve aucun souvenir de ce qui s'est passé. C'est pourquoi ce trouble est souvent découvert par le conjoint ou la conjointe, ce qui peut engendré des mésententes importantes au sein du couple. L'important est de comprendre que le (la) partenaire ne peut pas contrôler ses gestes puisqu'ils sont totalement inconscients. Il existe des traitements psychologiques pouvant être donné dans les centres du sommeil ou par des psychothérapeutes. Il est important de visiter l'un de ces centres afin d'obtenir un diagnostique précis pour pouvoir remédier à la situation. Bien entendu, éviter les facteurs de risques est la première marche à suivre en cas de doutes. Votre médecin de famille demeure la personne la plus qualifiée pour vous mettre en contact avec les professionnels requis.

 

En résumé, notre expérience a été anecdotique, mais, comme vous vous en doutez, ce n'est vraiment pas le cas de tout le monde. Pensez à des parents qui ne peuvent dormir près de leurs enfants au cas où le trouble se manifesterait ou les cas d'agression sexuelles rejetés par la cours car l'on a pu prouver la condition spéciale du présumé agresseur.  Les conséquences pour la personne atteinte de ce trouble ainsi que tout son entourage peuvent être désastreuses et le patient n'a aucun contrôle sur la situation avant de recevoir les soins appropriés. Si vous croyez que votre partenaire est victime de cette condition, il est primordial d'en discuter avec lui afin de vous tourner vers les bonnes ressources. En espérant vous avoir aidé à comprendre un peu mieux ce phénomène,

 

                                                    Nickie et Alex

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés