Livraison GRATUITE avec tout achat de 69$ et plus

La réalité des entrepreneurs

Être travailleuse autonome, ce n’est pas de tout repos. Cela demande énormément de sacrifices. Souvent, nous sommes seules à comprendre cette réalité. Je parle ici de ma propre expérience, je ne veux pas dire que tout le monde vit ça comme ça. Toutefois, je peux vous confirmer, par l’expérience de plusieurs de mes connaissances et amis dans un tel contexte, qu’à moins d’avoir déjà vécu la même chose, la plupart des gens ne comprennent pas cette réalité entrepreneuriale.

Travail à la maison

Ma grand-mère me disait l’autre jour que j’étais chanceuse de travailler de la maison : ça me permettrait  de faire mon ménage, mon lavage pendant la journée avant que ma fille revienne à la maison.  Mais si je faisais ma vaisselle, mon lavage : est-ce que je pourrais travailler en même temps ? Est-ce que vous apportez un bac de linges à plier au travail ? Probablement pas… C’est la même chose ici. Je travaille de la maison pour éviter les coûts de location d’un local, mais JE TRAVAILLE tout de même. Il n’y a que l’emplacement qui change.  Souvent, lorsque l’on travaille de la maison, les gens pensent  que l’on passe  nos journées à ne rien faire d’autres que des tâches ménagères.


Facebook et les réseaux sociaux

Pour plusieurs, le travail autonome réside dans le fait de passer ses journées sur Facebook. Bien sûr, à l’ère des réseaux sociaux, une partie de notre marketing doit en effet être axée sur les réseaux sociaux, que ce soit pour répondre aux questions des clients, pour publier du contenu pour l’entreprise ou même parfois, pour en trouver. Sans oublier  qu’il  y a également plusieurs groupes de soutien entre travailleurs autonomes où l’on peut trouver  des conseils.  Mais non, ce n’est pas notre mandat de passer nos journées sur Facebook!

La pointe de l’iceberg

Je vais vous donner un exemple  tiré de mon expérience, moi, propriétaire des Douces Folies de Nickie ! Un jour, un homme m’a déjà dit:  « Tu es chanceuse, tu travailles 3h par soir (démo à domicile), une fois de temps en temps et tu repars avec 1000$ ».

Constat

Premièrement, ce ne sont vraiment pas tous les contrats qui résultent en un 1000$ de vente. Ensuite, de ce montant, je dois payer mes produits, donc il faut enlever le montant de ces  derniers au montant initial. Ensuite, il faut ajouter le prix de l’essence, les cadeaux aux hôtes et hôtesses, celui des factures, des sacs utilisés et un pourcentage de mes démos à ce prix, car il y a souvent des bris ou encore même  des articles périssables à remplacer. Une fois tout cela comptabilisé, il faut aussi compter le après-vente: la livraison des commandes qui n’ont pas pu être données le soir même, le cadeau de l’hôtesse ainsi que les frais d’envois postaux.

Beaucoup de temps investi

Avant ce genre de soirées promotionnelles, il faut prévoir une heure de travail pour classer les bacs avec les produits à vendre, celui des démonstrateurs, faire les recharges, etc. Pour ce qui est de la présentation en tant que telle, comme les promotions doivent être changées, les produits à présenter changent selon la saison, la thématique choisie, et selon les nouveautés à ajouter… Simplement pour la présentation (diapositives, les feuilles à suivre pour les clients ainsi que les cadeaux), il faut compter un bon trois heures de préparation.

Comme je suis une entreprise indépendante, je dois faire moi-même le choix des produits à vendre et à présenter pendant les soirées. Je dois ensuite les magasiner et magasiner mes fournisseurs aussi afin d’offrir le meilleur prix. Je dois ensuite faire le tour de la compétition pour vérifier les prix sur le marché. Et tout cela, ce n’est que pour UNE soirée.

Je ne compte pas dans cette liste tous les autres aspects de mon travail : ma comptabilité, la mise à jour de mon site web, tout le contenu marketing à mettre en ligne, la fabrication de tout le contenu gratuit (blogue, podcast, page Facebook), les suivis-clients à faire, les formations à suivre pour l’utilisation des  produits ainsi que pour le marketing, les commandes externes que je dois aller chercher, le réseautage à accomplir, l’élaboration et la mise en place de mes autres services (en partie d’animation donc l’élaboration de tous les jeux, du matériel, etc.). Et non, je n’ai jamais compté mon salaire à l’heure…

La part des conjoints

En résumé, les gens ne voient de l’extérieur que l’infime partie du travail d’un entrepreneur et il est alors facile d’y apposer un jugement. Mais qu’en est-il quand ces préjugés concernent notre conjoint ou notre conjointe? Vous savez, notre partenaire de vie est la personne qui est  supposée nous  encourager  dans nos projets, nous supporter dans nos difficultés, nous féliciter pour nos bons coups  : nous comprendre, tout simplement !Mais quand on se sent incomprise  autant de l’entourage extérieur que par notre partenaire, on garde  inévitablement nos expériences professionnelles pour soi (on se referme) et les conséquences sur le couple peuvent être grandes. Comme dans tous les aspects d’une relation de couple, la communication est la clef. Eh oui, cette fameuse communication!

Pour ma part, la première fois que mon conjoint m’avait dit : « Ça ne doit pas être si difficile que ça ce que tu as à faire, explique-moi ce que tu fais de tes journées ? », je lui avais donné une liste détaillée de ce que j’avais fait dans ma journée et j’avais répété l’expérience à 3 reprises pendant la semaine. Je crois que c’est à ce moment-là qu’il a enfin compris la réalité de ma carrière entrepreneuriale. Cette réalisation nous a ouvert des portes à plusieurs discussions et, par la suite, à une meilleure compréhension de ce que je pouvais faire et sacrifier pour cet emploi.

Je ne peux pas vous proposer de solutions miracles car, si j’en avais une, je l’aurais appliquée pour ouvrir les yeux à tout mon entourage!  Je ne peux que vous conseiller le dialogue et la transparence  ainsi que la persévérance, car les fausses croyances sont tenaces dans l’esprit des gens… Mais la persévérance, ça, si vous êtes entrepreneurs, vous l’avez dans le sang! !

 

Pour quelques pistes de solutions plus concrètes, la merveilleuse coach Stéphanie Forgues a fait un podcast à ce sujet, écoutez-le ici


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés